Le souvenir thème en poésie

 

 Le souvenir : celui qui subsiste du vécu...

Celui que l'on laisse à notre mort....

Et puis versant psychologique en quelques lignes... 

 

 

 

 

 

page-du-souvenir-2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                            

                                                        

                                                      

                                                                   

                                                                          

                                                                                       

 

 

 

Peinture de Corot - Souvenir de Mortefontaine

corot-souvenir-1.jpg

 

 

                                                                                              

                                                                                                  

                                                                                                                                                                                                                                                        

                                                                                                                                                                                                                                                    

 

JE ME SOUVIENS PETIT ENFANT

 

 

 Je me souviens petit, chenapan,

le chemin de l'école sac au dos,

le chemin buissonnier jalonné de parties de billes

où Gavroches un genou à terre dans le caniveau

nous entonnions " C'est la faute à Voltaire,

c'est la faute à Rousseau ", fautifs d'un retard.

Je me souviens petit, écoutant,

la leçon de la maîtresse au tableau

et au pupitre sage comme une image

le problème du robinet et de l'eau

parfois récompensé d'une image.

Je me souviens petit, récitant

les tables de multiplications,

deux fois deux quatre, quatre fois deux huit,

les poèmes en déclamations,

Paul Fort et le bonheur qui a fui.

Je me souviens petit, écrivant

sous la dictée le texte difficile

sans comparaison avec la dictée de Mérimée,

et pourtant, âpre effort en rien d'infantile

l'apprentissage de la langue aimée.

Je me souviens petit, chantant,

" Meunier tu dors, ton moulin ton moulin va trop vite,

ton moulin va trop fort "

et forte de reprendre en cœur la classe à pleine voix.

Je me souviens petit, jouant,

dents de lait, pas toutes mes dents,

une poule sur un mur qui picorait du pain dur,

le gendarme et les voleurs,

la balle au camp

et quand le coup de sifflet nous rappelait

la fin de la récréation.

Je me souviens petit devenu grand,

quand il n'est plus l'heure de l'école,

à chat perché et Jacques a dit,

les rondes sous le préau,

le goûter de l'après-midi

et je ne sais encore d'où sortait un escargot tout chaud.

Je me souviens

et je me souviens de qui je suis…

Qu'il est grand ce petit.

 

 

page-du-souvenir-002-1.jpg

5 votes. Moyenne 2.40 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site